Over the counter : définition de l’OTC en Finance | Finanbulles.fr

Over the counter : définition de l’OTC en finance

En anglais, l’expression “over the counter” (que l’on traduit en français par “de gré à gré”) est utilisée dans le secteur de la finance. Que qualifie-t-elle ?

 

Définition de l’OTC

“Over the counter” est donc une expression financière empruntée à l’anglais pour désigner une transaction, un titre ou un marché conclu d’un commun accord entre deux ou plusieurs parties.

La transaction OTC

Les parties connaissent donc les tenants et les aboutissants de l’échange, et décident de conclure un marché, sans contrainte aucune. L’OTC en finance correspond à l’inverse d’une transaction obligatoire ou forcée, telle qu’une liquidation ou une cession.

Le marché OTC

En finance, le marché OTC correspond à un marché pour lequel aucun intermédiaire n’intervient entre les parties. Les transactions sont donc réalisées directement entre le vendeur et l’acheteur, de façon bilatérale et équitable.

 

Over the counter : les avantages

Le marché OTC n’étant pas soumis à l’intervention d’une agence de compensation, les parties ont par conséquent la garantie que le prix fixé est au plus près de la valeur de la transaction.

Par ailleurs, le prix étant fixé par le vendeur et l’acquéreur, un contrat sur-mesure peut être conclu, offrant davantage de souplesse que lorsqu’une transaction est réalisée via un marché organisé (ou bourse centralisée). Moins de formalités, moins de restrictions mais également moins de transparence du fait que l’OTC ne prévoie pas d’autorité.

Par exemple, si la bourse est fermée mais que vous souhaitez acheter des actions Total à votre cousin, le marché OTC vous permet de réaliser votre échange en toute liberté et selon les conditions de chaque partie (et sans frais de transaction !).

 

Les limites de l’OTC

Si la réalisation de transactions est facilitée, le marché OTC peut présenter des inconvénients, à savoir :

  • Si avec la Bourse traditionnelle, les risques sont maîtrisés et limités grâce à l’intermédiaire qui se porte garant d’une contrepartie équitable, l’over the counter ne peut pas prévoir la faillite de l’une des parties concluantes ;
  • Si le vendeur ou l’acheteur ne se trouve plus en mesure de réaliser la transaction selon les termes conclus en OTC, le contrat devra malgré tout être honoré d’une façon ou d’une autre ;
  • Le prix du titre OTC étant librement fixé entre les parties concluantes, il n’est pas rare de constater des différences de valeur entre des transactions similaires, du fait que les vendeurs et les acheteurs soient des intervenants différents et que la transparence du marché officiel ne soit pas intervenue.