Croissance et développement durable: c’est le chantier!

Posté le 04 avril 2013

« Croissance et développement durable ». Le titre de la conférence, menée par Christian de Boissieu (professeur à l’université de Paris I-Sorbonne, membre du collège de l’Autorité des Marchés Financiers –AMF- et ex-président délégué du Conseil d’Analyse Economique –CAE-) lors de la manifestation le « printemps des économistes », le 3 avril dernier, était fort alléchant ! Finanbulles a couru y assister. Pour constater que la question est un vaste chantier et que Christian de Boissieu est en pleine interrogation sur le sujet.
Petit voyage au sein de sa réflexion…

I- Croissance et développement durable, deux concepts incontournables

La croissance: c’est sûr, on aimerait s’en passer! Seulement voilà: d’après Christian de Boissieu, il existe un lien fort entre la croissance et le chômage dans nos sociétés. Or, aujourd’hui, le taux de chômage s’élève à 11% et il monte à 25% pour les jeunes. Impossible de laisser cette situation perdurer, il faut renouer avec la croissance. Et pas n’importe laquelle : elle doit s’élever à 2 % ou 3% pour que notre pays en sente les réels effets. Conclusion : nous sommes condamnés à la croissance. Le chemin va être long car la France est aujourd’hui à 0%…

Le développement durable : le concept a la vertu de remettre certains enjeux essentiels au cœur du débat économique.
Il permet de:

- penser les changements sur le long terme et non sur le court terme (principe qui guide les marchés financiers et les politiques économiques actuelles)
- définir de nouveaux indicateurs même si ceux-ci restent encore dans les limbes de rapports (le CAE a publié un rapport qui définit 25 indicateurs intitulé “Evaluer la performance économique, le bien-être et la soutenabilité”. Paru en décembre 2010, il est resté lettre morte)
- prendre en compte la notion de la pollution via les émissions de gaz à effet de serre. Même si, note Christian de Boissieu, l’Europe a largement ralenti sa réflexion sur le sujet.
- prendre conscience de la rareté des biens. Notamment celle des matières premières dont l’accès est rendu difficile par des prix à la hausse
- mettre les normes de Responsabilité Sociale et Environnementale –RSE- des entreprises au cœur de leur évaluation

II-Croissance et développement durable sont-ils compatibles ?

En fait, la vraie question est : peut-on renouer avec la croissance sans augmenter les émissions de gaz à effet de serre ? Malheureusement, les réponses restent bien floues…

- Réponse technologique : bon, rappelons que les principaux émetteurs de CO2 sont les voitures et le logement. Il existe des technologies qui permettraient de réduire leur consommation énergétique, comme les voitures électriques par exemple. Problème : même les spécialistes ne sont pas d’accord entre eux pour dessiner les perspectives dans ce domaine.
- Réponse de la croissance verte : Christian de Boissieu passe (un peu trop) vite sur la question. « Potentiel difficile à chiffrer ». Allons directement à la case suivante.
- Réponse de l’innovation : qui comprend aussi bien le domaine de la « Recherche et Développement » que de l’éducation . Là, l’Europe va devoir être compétitive car tout le monde s’est mis à innover et aussi à investir dans la formation. Il faut que la France et les Européens entrent vite dans la course…

III- Comment va-t-on financer ce nouveau virage de la croissance ?

C’est LA question qui taraude notre économiste : les caisses sont vides, pourtant, il faut non seulement renouer avec la croissance, mais, en plus, celle-ci doit respecter notre bonne vieille terre. Où va-t-on trouver les sous ?

- Sûrement pas dans les banques : Christian de Boissieu pointe les dangers relatifs aux nouvelles normes prudentielles en matière bancaire dites « Bâle III » : elles imposent aux banques, notamment, d’avoir plus de fonds propres. L’économiste craint un effet pervers : si les banques ont besoin d’avoir plus d’argent de côté pour prêter, alors elles vont accorder moins de crédit. Et la tendance affectera d’abord les profils considérés comme étant les plus risqués, c’est à dire les PME et les particuliers. C’est dommage: ce sont justement ces acteurs qui peuvent impulser le mouvement d’une croissance verte. (Notons tout de même que cette analyse des conséquences de Bâle III n’est pas partagée par tous les économistes. Pour comprendre les enjeux de cette réforme, vous pouvez vous référer au travail de Finance Watch qui a édité un document “Bâle 3 en 5 questions”)
- Pourquoi pas l’épargne? Si les banques ne veulent pas prêter pour investir durablement, il ne reste plus qu’à lorgner sur l’épargne. Ca tombe bien : le taux d’épargne des Français est de 16%. Reste deux problèmes à régler : inventer des produits financiers attractifs et verts qui donnent envie aux épargnants d’investir et concocter une politique fiscale incitative.
- Sans oublier la Banque Européenne d’Investissement (BEI) : la commission européenne a octroyé 10 milliards d’euros à la BEI en juin 2012. Christian de Boissieu fait de rapides calculs. Si on prend en compte les fonds propres de la BEI, ça veut dire qu’elle peut prêter 70 milliards d’euros. Et si on mêle le financement de la BEI avec un financement privé, on arrive à 150 milliards. De quoi voir venir…

Conclusion Finanbulles: cette conférence m’a laissée perplexe. D’un côté, je me réjouis qu’un économiste éminent et surtout très présent dans les organes officiels (AMF, CAE, commission du grand emprunt, participant à de nombreux rapports) s’intéresse si sincèrement à la question de la croissance durable. De l’autre, je me rends compte que sa pensée est en chantier et que, pour l’instant, il ne peut apporter que très peu de réponses. Je suis repartie avec la même conviction qu’en arrivant : tout est à construire.

Yannick Roudaut, fondateur d’Altérité, un cabinet de conseil en stratégie soutenable, fait part de son analyse dans le Monde “Argent et Patrimoine” du 12 avril: lien

Ecoutez mon co-auteur, Nicolas Cori, parler de notre ouvrage publié aux éditions La Découverte sous le titre “Dexia, une banque toxique”, paru au mois de mars 2013. Il était invité à l’émission “Le secret des sources” de Jean-Marc Four, le 30 mars dernier

Lisez la critique de Christian Chavagneux qui présente notre ouvrage dans Alternatives Economiques du mois d’Avril.

Partager :
  • Facebook
  • TwitThis

53 commentaires sur Croissance et développement durable: c’est le chantier!

  • charles dit :

    piecemeal@mutilation.kennel” rel=”nofollow”>.…

    tnx for info!!…

  • Oscar dit :

    diversions@stated.brevity” rel=”nofollow”>.…

    ñïñ çà èíôó!…

  • Elmer dit :

    centrally@embassy.oilers” rel=”nofollow”>.…

    thank you….

  • Laisser un commentaire

    Interface

    Articles récents

    Nuage de mots-clés

    Action Actionnaire actionnaires analyste banque centrale européenne bonus broker Bulles CAC 40 collectivités locales courtier Couverture crise au théâtre création monétaire dividendes démocratie Emotions emprunts toxiques finance fondation Nicolas Hulot formation d'un prix Frédéric Lordon grèce inflation japon krachs marchés financiers Micro-trottoir morale Nestlé Nicolas Hulot objectifs Obligation Pourquoi Finanbulles? produits derives profit Répartition des profits; prime de 1000 euros; rapport Cotis; règle des trois tiers salaires Spéculation taux directeur think thank trader témoignage vente à découvert épargne solidaire

    Meta

    Finanbulles is proudly powered by WordPress and the SubtleFlux theme.

    Copyright © Finanbulles